Rubrique bilingue…

0

Mare bloaz ar soubenn eo. C’est la saison de la soupe !

Soupe le matin, soupe le midi, soupe le soir c’est ce que beaucoup d’anciens gardent comme souvenir des repas de leur enfance. D’un coût de revient faible, on lui attribuait aussi toutes les vertus, la preuve :

– Ur banne soubenn a zalc’h ar c’hof diroufenn : Une soupe tient le ventre sans plis (bien tendu).

– Dreb soubenn hag e savo penn dit ! : mange de la soupe et il te viendra du bon sens !

Mais il ne faut pas : Drebiñ e gig a-raok ar soubenn soit manger sa viande avant la soupe. Expression signifiant : mettre la charrue avant les bœufs, inverser l’ordre naturel des choses comme faire Quasimodo avant Pâques, par ex.

Quelques préparations bien connues : – Soubenn al laezh (leazh, pour les Léonards) : soupe de lait bouillant et salé versé sur des lichettes de pain blanc.

Selon une vieille tradition, elle était aussi servie aux jeunes mariés le soir des noces. – Soubenn an tri zraig : soupe des trois petites choses. Qui sont : an dour : l’eau, an holen (ou c’hoalen) : le sel et ar baraig : le petit pain. Expression très connue pour désigner à la fois le minimum vital et la pauvreté. A suivre….

Comments are closed.